Passer au contenu

L’objectif de la Ville est de  tendre vers le « zéro phyto » pour l’entretien de ses trottoirs, de sa voirie et de ses cimetières. C’est pourquoi elle abandonne progressivement l’usage des produits phytosanitaires. Au-delà de la Loi Labbé (voir ci-après), éliminer les pesticides est un engagement qui permet de préserver la santé de ses citoyens et de ses agents, la biodiversité mais aussi les milieux naturels. Quels sont les impacts de ce nouveau mode de gestion ? Toutes les réponses dans cet article.

Sans pesticides, le désherbage est manuel

Les allées des cimetières sont désormais désherbées manuellement par les agents municipaux en charge de leur entretien. Avec cette méthode, la nature reprend ses droits, il est donc possible que des herbes fleurissent dans les allées des cimetières.

En effet, de nouveaux modes de gestion, plus naturels sont utilisés et ceux-ci nécessitent généralement un temps d’intervention plus important.

Entretien et reprise de concessions

L’entretien des tombes est de la responsabilité des propriétaires ou des ayants-droits d’une concession. Ils doivent garantir l’étanchéité du caveau, nettoyer la pierre tombale, prendre soin des plantes, rénover la sépulture… Les aménagements et les travaux sont à leur charge. Si cet entretien n’est pas réalisé, il peut nuire à l’image du cimetière mais n’est pas de la responsabilité de la Ville.

Les concessions funéraires en état d’abandon, dont l’aspect délabré nuit au bon ordre et à la décence du cimetière, peuvent faire l’objet d’une procédure de reprise par la Ville sous certaines conditions :

  • La concession doit avoir plus de 30 ans et présenter un caractère d’abandon
  • La dernière inhumation doit remonter à au moins 10 ans La famille ou la personne chargée de l'entretien de la concession doit en être avisée. 
  • Lorsqu’il a connaissance de l’existence de descendants ou successeurs des concessionnaires, le maire doit leur notifier par lettre recommandée avec accusé de réception une copie du procès-verbal. Le maire doit parallèlement porter à la connaissance du public des extraits du procès-verbal en les affichant durant un mois à la mairie et au cimetière, à deux reprises et à quinze jours d’intervalles.
Un délai d'attente de 3 ans à partir du constat d'abandon doit être respecté. Si la commune peut intervenir en cas de danger imminent, elle ne peut cependant réaliser ni de travaux, ni d’entretien, car la concession ne serait alors plus considérée comme à l’état l’abandon et la procédure deviendrait caduque.

La Ville de Creil est en cours de procédure pour reprendre des concessions, notamment dans le cimetière de Verdun. Sa configuration et son vieillissement engendrent aujourd’hui un affaissement de terrain. C’est pour cette raison que depuis les années 2000, il est obligatoire de construire un caveau pour chaque nouvelle concession afin de lutter contre les mouvements de terrain.

L’objectif de la Ville est de préserver les lieux de recueillement et de mémoire pour les familles dans un environnement agréable, tout en préservant la biodiversité.

Quelles sont les missions des agents municipaux qui travaillent dans les cimetières Creillois ?

Pour chaque cimetière, deux agents gèrent l’accueil et l’information des familles et des intervenants funéraires. Ils s’occupent également de l’entretien général des cimetières  qui comprend le balayage, les tontes, l’élagage, travaux de peinture et de maçonnerie…

Zoom sur la Loi Labbé 

Depuis le 1er janvier 2017, les collectivités territoriales ne peuvent plus utiliser ou faire utiliser des pesticides pour l’entretien des espaces verts, des forêts ou des promenades accessibles ou ouverts au public et relevant de leur domaine public ou privé. Cette loi vise à encadrer l’utilisation de produits phytosanitaires sur le territoire national. En savoir plus sur la Loi Labbé.

Vous souhaitez en savoir plus sur la gestion des cimetières ? Contactez Monsieur Dominique Gosselin, responsable du service des affaires générales de la Mairie de Creil au 03 44 29 51 35.