Passer au contenu

Santé 02 mars 2020

Coronavirus : questions - réponses

Retrouvez ci-dessous les réponses aux principales questions que vous vous posez sur le covid-19. 
Menu flottant
En cas de symptômes

En cas de symptômes

Que faire si une personne est potentiellement infectée par le covid-19 ?

Si une personne présente des symptômes graves : 

  • L'isoler et prévenir le 15
  • Aérer la pièce et désinfecter, au plus vite, toutes les surfaces avec lesquelles il.elle a été en contact avec un désinfectant de surface 
  • Lavez-vous les mains (environ 30sec.) avec du savon ou une solution hydroalcoolique sans oublier les ongles et les espaces interdigitaux et se les sécher avec une serviette en papier ou au sèche-mains électrique.

Où s'informer 

Où s'informer ?

Numéro vert national 

Un numéro gratuit d’information est également disponible 7 jours sur 7 et 24h / 24, appelez le 0800 130 000 (appel gratuit).

Cellule d'information du public pour les Hauts-de-France 

Pour connaître l'ensemble des informations et des recommandations : 03 20 30 58 00.

La cellule d'information du public est ouverte en semaine de 08h30 à 21h, le samedi et dimanche de 08h30 à 14h00.

Cellule d’information de la Préfecture de l’Oise 

Pour toute question relative à la situation dans le département : 03 44 03 10 60.

Questions sur la scolarité 

Contactez l'Académie d'Amiens au 03 22 82 38 24 du lundi au vendredi de 8h à 19h.

Standard de la Mairie 

Le standard de la Mairie est joignable au 03 44 29 50 00 du lundi au vendredi de 9h à 11h30 et de 13h30 à 17h et le samedi de 9h à 11h30.

Comment serons-nous tenus au courant de l’évolution de la situation à Creil ?

La Ville de Creil continuera de vous tenir informés via son site Internet, les réseaux sociaux de la Ville (Facebook, Twitter et Instagram) ainsi que via les panneaux lumineux. 

 

Mesures prises dans l'Oise

Mesures prises dans l'Oise

Après les annonces du Président de la République jeudi soir, et face à l'accélération de la propagation du virus, le Premier ministre a annoncé des mesures visant à limiter cette dernière, dans l'Oise comme partout sur le territoire national. 

  • Les lieux accueillant du public non indispensables à la vie de la Nation sont fermés 
Un arrêté du ministre des solidarités et de la santé publié le 15 mars fixe la fin de cette mesure au 15 avril 2020.

Doivent ainsi fermer les cinémas, restaurants, bars ou discothèques, les salles d’auditons, de conférences, de réunions, de spectacles ou à usage multiple ; les centres commerciaux ; les salles de danse et salles de jeux ; les bibliothèques, centres de documentation ; les salles d’exposition ; les établissements sportifs couverts ; les musées.

En revanche, restent ouverts les magasins, les marchés de plein vent, pharmacies, banques, stations essence, les bureaux de tabac et de presse, les opérateurs funéraires, les animaleries et magasins d’alimentation pour animaux. Les restaurants et débits de boissons sont autorisés à maintenir leurs activités de vente à emporter et de livraison. Les services publics resteront également ouverts y compris ceux assurant les services de transport urbains, mais les Français sont invités diminuer leurs déplacements, et en particulier à éviter les déplacements inter-urbains. Les lieux de culte restent ouverts, mais les rassemblements et les cérémonies devront être reportés.
Les marchés alimentaires sont maintenus selon les conditions sanitaires strictes avec notamment l’espacement des étals et une gestion des files d’attente avec distanciation. Consulter l'arrêté Préfectoral du 24 mars 2020.

  • Tout rassemblement, réunions ou activités rassemblant plus de 100 personnes, en milieu clos comme en plein air, est interdite jusqu'au 15 avril 2020 : 
Les rassemblements de plus de 100 personnes favorisent la transmission rapide du virus,même dans des espaces non clos. Le Premier ministre a par conséquent décidé d'interdire tous ces rassemblements dès lors qu'ils ne sont pas indispensables à la continuité de la vie de la Nation. Cette interdiction est en vigueur jusqu’au 15 avril 2020 en vertu de l’arrêté du ministre des solidarités et de la santé publié aujourd’hui. L’arrêté préfectoral du 11 mars portant interdiction de tous les rassemblements collectifs dans le département de l'Oise jusqu’au 31 mars, sans seuil chiffré prédéfini, est donc abrogé. Sur le fondement de l’arrêté ministériel précité, le préfet de l'Oise pourra néanmoins, à titre dérogatoire :
  1. maintenir les rassemblements, réunions ou activités indispensables à la continuité de la vie de la Nation dans le département, et
  2. interdire ou restreindre les réunions ou activités,
  • Jusqu’au 15 avril 2020, l’accueil des élèves ne sera plus assuré dans les établissements scolaires (écoles, collèges, lycées) et les établissements d’enseignement supérieur : 
Plusieurs constats ont conduit le Président de la République à annoncer, le 12 mars, la suspension de l’accueil des élèves dans leur établissement jusqu’à nouvel ordre :
  1. Les jeunes porteurs du virus ne présentent pas toujours les symptômes de la maladie alors même qu'ils l'ont contractée ;
  2. En outre, les enfants sont moins à même de respecter les consignes et gestes barrières indispensables au ralentissement de la propagation du virus ;
  3. Les jeunes adultes fréquentant les établissements d'enseignement supérieur sont quant à eux exposés à une large diffusion du virus, compte tenu du temps de présence dans les établissements et l'impossibilité de garantir le respect des distances nécessaires. 
Ces écoles et établissements restent accessibles aux personnels, y compris techniques, pour assurer la continuité administrative et pédagogique. En revanche, un accueil est assuré dans les écoles et les collèges pour les enfants scolarisés de moins de seize ans des personnels indispensables à la gestion de la crise sanitaire, à compter de lundi 16 mars aux horaires habituels d’ouverture des écoles et collèges et en liaison avec les collectivités territoriales concernées. 
Les arrêtés du 7 mars 2020 portant fermeture des établissements scolaires et périscolaires,ainsi que des établissements d’enseignement agricole du département de l’Oise sont donc abrogés.

  • Jusqu’au 15 avril 2020, l’accueil des jeunes enfants (0-3 ans) dans les établissements et services dédiés (crèches) est suspendu : 
Seuls les établissements d’accueil du jeune enfant (crèches, halte-garderies, multi-accueil) rattachés à un établissement de santé et les établissements qui accueillent simultanément 10 enfants maximum peuvent continuer leur activité.
Dès lundi 16 mars matin, un accueil sera également assuré pour les enfants des personnels indispensables à la gestion de la crise sanitaire, afin que ces derniers puissent assurer leurs missions. 
De même, les assistantes maternelles employées par un particulier ou un établissement ou un service d’accueil familial (crèche familiale ou établissement multi-accueil familial) continuent à accueillir des enfants à leur domicile.
Les assistantes maternelles exerçant à domicile sont autorisées à accueillir jusqu’à 6 enfants de moins de trois ans à partir du lundi 16 mars et jusqu’à nouvel ordre.Les communes pourront développer localement des solutions d’accueil, en particulier chez les assistants maternels ou via la garde d’enfant au domicile des parents. 
Les relais d’assistants maternels pourront être mobilisés pour faciliter la rencontre entre professionnels de l’accueil du jeune enfant et parents en recherche de solutions d’accueil.

Situation en France

Point de situation en France 05/04/20

Les informations du jour : 

  • Le virus est présent sur le territoire national, avec notamment plusieurs zones de regroupement de cas (clusters). Nous sommes actuellement au stade 3 du plan d’actions du Gouvernement qui a pour objectif de prévenir et limiter la circulation du virus. 
  • Depuis le 24 janvier 2020, la France compte 70 478 cas confirmés de coronavirus COVID-19.
  • 5 889 personnes sont décédées à l'hôpital depuis le 1er mars.
  • 16 183 personnes sont sorties guéris de l'hôpital depuis le 1er mars.
Source gouvernement.fr

Déplacements / rassemblements  

Déplacements / rassemblements

Quelles sont les interdictions ?

Le 16 mars 2020, le Président de la République a décidé de prendre des mesures pour réduire à leur plus strict minimum les contacts et les déplacements. Un dispositif de confinement est mis en place sur l’ensemble du territoire à compter du mardi 17 mars à 12h00, jusqu'au 15 avril 2020. Les déplacements sont interdits sauf dans les cas suivants et uniquement à condition d'être munis d'une attestation pour :

  • Se déplacer de son domicile à son lieu de travail dès lors que le télétravail n’est pas possible ;
  • Faire ses achats de première nécessité dans les commerces de proximité autorisés ;
  • Se rendre auprès d’un professionnel de santé ;
  • Se déplacer pour la garde de ses enfants ou pour aider les personnes vulnérables à la stricte condition de respecter les gestes barrières ;
  • Faire de l’exercice physique uniquement à titre individuel, à raison d'une fois par jour et pour une durée d'une heure maximum, à moins d'un kilomètre du domicile et sans aucun rassemblement.

Les mariages et enterrements sont-ils concernés par les annulations ?

Les mariages et enterrements peuvent continuer à être célébrés. Le service de l’État civil prendra contact avec vous pour vous informer des mesures en cours. Pour prendre rendez-vous appelez le 03 44 29 52 39 ou  03 44 29 50 78. En revanche, les rassemblements collectifs consécutifs à ces célébrations sont interdits.

Quels lieux sont concernés ?

Tous les lieux sont concernés, en milieu fermé comme en plein air, à l’exception des domiciles et des entreprises où l’activité doit continuer à se maintenir.

Les sorties scolaires sont-elles annulées ?

Toutes sorties scolaires, quelle que soit la commune concernée du département, doivent être annulées.

Le transport public est-il interdit ?

Non, le transport public, au stade 2, n’est pas visé par l’arrêté.

L’activité normale des entreprises est-elle concernée ?

Le travail au sein des entreprises doit continuer à se tenir. En revanche, les événements de type séminaire sont interdits. Il est recommandé de renoncer aux déplacements inutiles et de privilégier le télétravail.

Peut-on en avoir des masques dans les structures municipales ?

En dehors des recommandations pour les personnes revenant d’un pays à risques depuis 14 jours, les autorités sanitaires n’ont pour l’instant pas notifié de procéder à la distribution de masques, même pour les personnes vulnérables. Néanmoins en fonction des avancées des mesures qui nous seront transmises par les autorités sanitaires, la Ville de Creil mettra tout en œuvre pour répondre à ces demandes.

Où ont été pris en charge les personnels de la base aérienne infectés par le virus ?

Le personnel de la base militaire n’est pas pris en charge dans les hôpitaux publics mais directement par le service de santé des armées.


Point de situation vidéo
Écoles

Mesures concernant les écoles (maternelle au lycée)

Les élèves qui résident dans une commune appartenant à un « cluster » qui sont scolarisés dans une commune n’appartenant pas à un « cluster » peuvent-ils se rendre dans leur établissement scolaire ? 

L’éducation nationale préconise de ne pas envoyer son enfant à l’école si vous résidez dans une zone « cluster ». Cependant, aucun arrêté n’a été émis par l’État.

Un établissement peut-il légalement interdire l’accès à un élève qui ne peut pas être gardé chez lui par ses parents ? 

Dans l’enseignement public, l’article R. 421-10 du code de l’éducation permet au chef d’établissement de prendre toute mesure utile pour garantir la sécurité des élèves et le bon fonctionnement de l’établissement, y compris en évitant l’accès d’élèves présentant des risques. Le directeur d’école tire également du décret n°89-122 du 24 février 1989 le droit de ne pas admettre dans son école un élève présentant de tels risques. Dans les établissements privés sous contrat, l’article R. 442-39 du code de l’éducation donne au chef d’établissement la responsabilité de l’établissement et de la vie scolaire et donc de larges prérogatives dans les établissements du premier comme du second degré. Les établissements privés hors contrat sont responsables de leur politique d’accueil.

Quelles consignes appliquer aux personnels exerçant leurs fonctions dans une commune appartenant à un « cluster » sur le territoire national ? 

Le Gouvernement a décidé de fermer l’ensemble des établissements scolaires situés dans ces communes. Les agents exerçant dans ces établissements se verront proposer d’exercer leurs fonctions à distance, seront redéployés sur d'autres missions ou, en cas d’impossibilité, bénéficieront d’une autorisation spéciale d’absence jusqu’à la réouverture de l’école ou de l’établissement. 

Comment mon enfant continue-t-il à apprendre s’il doit rester à la maison ? 

Une continuité pédagogique est mise en place pour maintenir un contact régulier entre l’élève et ses professeurs. A cette fin, le directeur d’école ou le chef d’établissement s’assure, notamment en prenant appui sur les réseaux existants (en particulier les espaces numériques de travail, messagerie électronique ou les outils similaires propres aux établissements privés), que l’élève a accès aux supports de cours et qu’il est en mesure de réaliser les devoirs ou exercices requis pour ses apprentissages. 

Comment mon enfant continue-t-il à apprendre en cas de fermeture de son école, de son collège ou de son lycée ?

Un service de continuité pédagogique sera assuré pendant cette période par l’établissement ou l’école. Ce service peut s’appuyer sur une plateforme pédagogique gratuite du CNED : « Ma classe à la maison ». Ce service offre la possibilité de tenir des classes virtuelles, permettant ainsi de maintenir le lien humain entre l’élève, ses camarades et ses professeurs. Il sera accessible aux élèves concernés de la Grande Section à la Terminale. C’est le directeur d’école ou le chef d’établissement qui communiquera l’adresse et les modalités d’inscription pour se connecter à la plateforme « Ma classe à la maison ». Chaque élève bénéficiera de son propre compte. Les professeurs accompagneront leurs élèves pendant toute la période de fermeture dans l’utilisation de ces ressources en leur adressant supports de cours et exercices via l’environnement numérique de travail (ENT) ou la messagerie électronique.

 

Salariés / entreprises 

Mesures concernant les salariés / entreprises  

Quelles sont les précautions à prendre et quelles mesures mon employeur peut-il m’imposer si je reviens d’un pays à risque ?

Il convient de suivre les recommandations sanitaires dans les 14 jours suivant le retour. Dans le cadre de son obligation de santé et de sécurité vis-à-vis des salariés, votre employeur peut vous demander de télétravailler ou aménager votre poste de travail de manière à limiter le risque de contagion. Il peut également prendre d’autres mesures générales comme la diffusion de consignes sanitaires à l’ensemble du personnel. La première démarche consiste à identifier une solution qui convient à vous-même et votre employeur. Pour mémoire, le télétravail est un droit prévu par l’article L. 1222-9 du code du travail issu de l’ordonnance du 22 septembre 2017.

Je peux donc demander à mon employeur à bénéficier du télétravail de manière ponctuelle ou durable par tous moyens. Si mon employeur me donne son accord, cela peut se faire par tout moyen. Le refus doit être motivé. Mon employeur peut néanmoins, unilatéralement, si la situation le requiert:

·         me placer en télétravail ;

·         modifier les dates de congés déjà posés ;

Si aucune solution ne peut être retenue, je peux prendre contact avec l’agence régionale de santé (via le portail web www.ars.sante.fr), afin qu’un médecin habilité par celle-ci procède le cas échéant à l’établissement d’un avis d’arrêt de travail correspondant à la durée d’isolement préconisée. Si mon m’employeur m’invite à ne pas me présenter sur mon lieu de travail et à défaut de cet avis d’arrêt de travail, ma rémunération ne peut être suspendue.

Je ne peux pas aller travailler car je dois garder mon enfant, concerné par la fermeture des établissements scolaires. Comment obtenir un arrêt de travail ?

Le ministère des Solidarités et de la Santé et l’assurance maladie ont ouvert un nouveau dispositif unique pour la prise en charge des arrêts de travail des personnes dont les enfants sont concernés par des mesures de maintien à domicile dans le cadre de la gestion du coronavirus (COVID-19).

Pour les parents qui n'auraient pas d'autre possibilité pour la garde de leurs enfants que celle d'être placés en arrêt de travail, d'une prise en charge exceptionnelle d'indemnités journalières par l'Assurance Maladie. Le télé-service « declare.ameli.fr » de l'Assurance Maladie est l'outil mis en place à cette fin. 

Dois-je prévenir mon employeur si je reviens, ou si l’un de mes proches revient d’un pays à risque ?

Dans un contexte évolutif et à titre de précaution, le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères déconseille les voyages en Chine sauf raison impérative et recommande de se tenir éloignés momentanément du pays et de différer les déplacements. Il est également conseillé de reporter tous les déplacements non essentiels dans les régions de Lombardie et de Vénétie en Italie, en Corée du Sud, en Iran et à Singapour. Il est recommandé d’informer son employeur avant la reprise du travail lorsque l’on revient d’une de ces zones à risque. Ces zones sont susceptibles d’évoluer et sont régulièrement mises à jour sur le site gouvernement.fr/info-coronavirus.  Cette information n’est pas nécessaire lorsque c’est l’un de mes proches qui revient d’une zone à risque et qu’il a suivi les recommandations sanitaires.

Mon enfant fait l’objet d’une demande de respect d’une période d’isolement, quelle démarche suivre ?

Si je ne dispose pas d’une autre solution de garde, j'effectue une demande de prise en charge exceptionnelle d'indemnités journalières par l'Assurance Maladie via le télé-service « declare.ameli.fr ». 

Il est demandé aux parents concernés par cette mesure de solliciter leur employeur afin que celui-ci remplisse le formulaire, accessible sur le site internet dédié declare.ameli.fr, conduisant à la délivrance d’un arrêt de travail et au versement d’indemnités journalières pour la durée de fermeture de l’établissement.

Puis-je exercer mon droit de retrait si mon employeur me demande de me déplacer vers une zone à risque ?

Dans un contexte évolutif et à titre de précaution, le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères déconseille les voyages en Chine sauf raison impérative et recommande de se tenir éloigné momentanément du pays et de différer les déplacements. Il est également conseillé de reporter tous les déplacements non essentiels dans les régions de Lombardie et de Vénétie en Italie, en Corée du Sud, en Iran et à Singapour. Ces zones sont susceptibles d’évoluer et sont régulièrement mises à jour sur le site gouvernement.fr/info-coronavirus. En vertu des articles L. 4131-1 et suivants du code du travail, un travailleur ne peut se retirer d’une situation de travail que s’il a un motif raisonnable de penser qu'elle présente un danger grave et imminent pour sa vie ou sa santé. Les recommandations du gouvernement, sont disponibles et actualisées sur la page suivante : gouvernement.fr/info-coronavirus. Si ces recommandations ne sont pas suivies, et sous réserve de l’appréciation souveraine des tribunaux, je peux exercer mon droit de retrait.

Puis-je exercer mon droit de retrait si un de mes collègues revient d’une zone à risque ou a été en contact avec une personne contaminée ?

Les conditions d’exercice du droit de retrait ne sont pas réunies, sous réserve de l’appréciation souveraine des tribunaux, si l’employeur met en œuvre les recommandations du gouvernement, disponibles et actualisées sur la page suivante : gouvernement.fr/info-coronavirus. Si ces recommandations sont bien suivies, le risque pour les autres salariés est limité puisque, d’après les données épidémiologiques disponibles à ce jour, seul un contact rapproché et prolongé avec des personnes présentant des symptômes pourrait les contaminer.

 

Questions génériques 

Questions génériques 

Consultez également la FAQ du gouvernement, mise à jour quotidiennement : gouvernement.fr/info-coronavirus

Quels sont les symptômes du Coronavirus COVID-19 ?

Les symptômes principaux sont la fièvre ou la sensation de fièvre et des signes de difficultés respiratoires de type toux ou essoufflement.

Existe-il un vaccin ?

Il n’existe pas de vaccin contre le Coronavirus COVID-19 pour le moment. Plusieurs traitements sont en cours d’évaluation en France, en lien avec l’OMS pour être utilisés contre le Coronavirus COVID-19. Dans l’attente, le traitement est symptomatique.

Comment se transmet le Coronavirus COVID-19 ?

Les premières personnes à avoir contracté le virus s’étaient rendues au marché de Wuhan dans la Province de Hubei en Chine. Une maladie transmise par l’animal (zoonose) est donc privilégiée. La transmission interhumaine a été depuis confirmée.

Qui coordonne les mesures prises en France concernant le Covid-19 ?

Sous l’autorité du Premier Ministre, le ministère des Solidarités et de la Santé, appuyé de la direction générale de la Santé, conduit et coordonne les opérations. Il s’appuie pour cela sur les différents ministères dont le ministère de l’éducation nationale et de la jeunesse. Les mesures mises en œuvre évoluent en fonction de l’évolution de la crise. Le 28 février, le Gouvernement a activé les mesures relevant du « stade 2 »  du plan national de prévention et de gestion destinées à contenir la circulation du virus sur le territoire national.

Qu’est-ce qu’un cluster ?

Un cluster est un regroupement d’au moins 2 cas en même temps, au même endroit.

Comment se protéger du coronavirus ?

Pour limiter les risques de transmission, il existe des gestes simples pour se protéger et protéger son entourage :

-          Se laver les mains très régulièrement

-          Tousser ou éternuer dans son coude

-          Saluer sans se serrer la main, éviter les embrassades

-          Utiliser des mouchoirs à usage unique 

-          Porter un masque quand on est malade 

Faut-il porter un masque ?

Le port du masque chirurgical n’est pas nécessaire si vous avez séjourné en Chine (Chine continentale, Hong Kong, Macao), à Singapour, en Corée du Sud, en Iran ou dans les régions d’Emilie-Romagne, de Lombardie et de Vénétie en Italie, si vous ne manifestez aucun symptôme.
Le port du masque par la population si vous n’êtes pas malade ou si vous n’avez pas voyagé dans une zone touchée par le virus afin d’éviter d’attraper le Coronavirus COVID-19 n’est pas recommandé et son efficacité n’est pas démontrée.

Comme pour l’épisode de grippe saisonnière, les "gestes barrières" sont efficaces.
Par ailleurs, les masques FFP2 sont réservés aux professionnels de santé. Il s’agit d’équipements de protection individuelle destinés aux soignants en contact étroit avec un malade confirmé.

Peut-on être contaminé par une lettre ou un colis envoyé de Chine ?

Non, les coronavirus ne survivent pas de façon prolongée sur les objets.

Peut-on être contaminé si l'on mange dans un restaurant chinois ?

Non, pas du tout. Dans la littérature scientifique, il n'y a aucun cas rapporté de virus respiratoires attrapés en ingérant de la nourriture cuite.

Les animaux domestiques peuvent-ils propager le nouveau coronavirus ?

À l’heure actuelle, rien ne prouve que les animaux de compagnie/animaux domestiques tels que les chiens ou les chats peuvent être infectés par le nouveau coronavirus.

Le coronavirus peut-il se transmettre par les fluides sexuels ?

Il n’y a aucun élément en faveur d’une transmission sexuelle.

Peut-on être contaminé par un cadavre ?

Il n’y a aucun élément en faveur d’une transmission par des personnes décédées du coronavirus.

Les antibiotiques sont-ils efficaces pour prévenir et traiter l'infection par le nouveau coronavirus ?

Non, les antibiotiques n’agissent pas contre les virus, mais seulement contre les bactéries. Ne jamais prendre d’antibiotiques sans prescription médicale.

 

Typologie des patients 

Typologie des patients / cas

  • Patient cas suspect : personne dont on considère qu’elle pourrait répondre à la définition de cas (en attente de classement)
  • Patient cas possible : patient cas suspect qui, après évaluation et classement par un infectiologue référent, entre dans la définition de cas élaborée par Santé publique France
  • Patient cas confirmé : patients cas possible avec un prélèvement biologique confirmant la présence du SARS-CoV-2
  • Personne co-exposée : personne exposée à la même source d’exposition virale que le cas possible
  • Personne contact : personne ayant été en contact avec un « cas confirmé » avec différents niveaux de risque : négligeable, faible et modéré/élevé.

Documents / sites de référence

Documents de référence

Arrêté municipal n°2020 - 72 du 1er mars 2020.

Arrêté Préfectoral du 29 février 2020 concernant l'interdiction des rassemblements collectifs.

Arrêté Préfectoral du 1er mars 2020 concernant la fermeture des établissements scolaires. 

Arrêté Préfectoral du 7 mars 2020 concernant la fermeture des établissements scolaires.

Arrêté Préfectoral du 11 mars 2020 prorogeant l'arrêté portant interdiction des rassemblements dans l'Oise.

Arrêté du Ministère des Solidarités et de la Santé du 14 mars portant diverses mesures relatives à la lutte contre la propagation du virus covid-19 

Arrêté du Ministère des Solidarités et de la Santé du 15 mars 2020 complétant l’arrêté du 14 mars 2020  portant diverses mesures relatives à la lutte contre la propagation du virus covid-19

Arrêté du Ministère des Solidarités et de la Santé Arrêté du 16 mars 2020 complétant l’arrêté du 14 mars 2020  portant diverses mesures relatives à la lutte contre la propagation du virus covid-19 

Décret du Premier ministre no 2020-260 du 16 mars 2020 portant réglementation des déplacements  dans le cadre de la lutte contre la propagation du virus covid-19 

Foire aux questions de la Préfecture de l'Oise du 11 mars 2020.

Courrier du Président et des 3 Vice-présidents de l’Agglomération Creil Sud Oise, maires des 4 villes du Bassin Creillois concernées par les mesures prises par la préfecture concernant le coronavirus.

Sites de référence

Gouvernement

Préfecture de l'Oise 

Académie d'Amiens 

Vous souhaitez suivre l'évolution de la situation dans l'Oise chaque jour ? Consultez les communiqués de l'ARS Hauts-de-France. 


Autres actualités